Beaucoup de nos lecteurs se demandent comment financer une vie nomade ou éloignée des centres urbains.

Évidemment, réduire ses dépenses est une bonne solution.

Mais travailler peut aussi être une source de plaisir, surtout pour les créateurs.

Alors, comment allier mode de vie alternatif, créativité, projet positif et activité professionnelle ?

1 — Yunae et Jonathan, réalisateurs, illustrateurs et artistes 3D en tiny house

Le couple a construit sa tiny house et a partagé la fabrication en vidéo sur sa chaîne YouTube Tiny House Livingstone. Ils souhaitaient aider ceux qui se lancent aussi dans l’autoconstruction.

Dès le départ, Yunae et Jonathan aimaient l’idée de voyager et de parcourir le monde avec leur maison. Le tout, avec un mode de vie minimaliste et à un rythme lent.

Ce rêve, ils ont pu le réaliser, en profitant de leur métier qui leur permet de travailler à distance. Un ordinateur et une connexion internet suffisent.

Et parfois leur tablette graphique !

Ainsi, ils ont quitté les studios parisiens pour avoir un mode de vie plus proche de leurs valeurs, sans abandonner leurs talents et leur créativité.

2 — Clem & Mumu, graphisme, vidéos éducatives et bus magique

convertir bus scolaire en van

Clem et Mumu ont soif de découvertes et sont ce qu’on appelle des multipotentialistes. Elles ont besoin de travailler sur de nombreux projets à la fois, d’expérimenter de nouvelles techniques et de mixer les professions.

Mumu a vécu 1 an en Inde, étudié en Malaisie avant d’atterrir au Québec. C’est à ce moment-là qu’elle a rencontré Clem qui venait d’arriver aussi au Canada. Elles sont parties quelques années plus tard en tour du monde.

Ce voyage a été l’occasion pour Clem de travailler sur les routes en van en tant que freelance. Elle est graphiste et directrice artistique de formation. Mais ensemble, elles ont développé un projet vidéo qui va tout changer : les petits aventuriers.

L’idée est de faire découvrir le monde en vidéos aux enfants qui ne peuvent pas voyager grâce à des petites capsules ludiques et gratuites.

En parallèle, en combinant leurs différentes expériences, elles ont développé des projets en vidéo, écriture et graphisme pour des projets positifs et engagés.

Pour pouvoir travailler plus facilement sur les routes, produire les vidéos, mais aussi diffuser des documentaires et rencontrer des locaux, elles se sont lancées dans la conversion d’un bus scolaire jaune.

Clem et Mumu accompagnent aussi les photographes, graphistes, illustrateurs, rédacteurs, vidéastes ou encore artisans qui veulent se lancer en freelance, de manière positive et alignée avec leurs valeurs.

3 — Marion, nomade et créatrice Zéro Déchet

boutique itinérante Zéro Déchet

Marion est une jeune couturière autodidacte. Consciente de l’impact écologique négatif de l’homme sur l’environnement, elle a mis ses talents au service du Zéro Déchet. Son objectif est de remplacer tous les objets jetables par de jolies créations faites à la main.

Elle a goûté à la liberté du mode de vie nomade depuis ses premières vacances en camion aménagé avec ses parents. Elle a ensuite acquis le sien à 17 ans, alors qu’elle n’avait pas le permis ! Elle se contente d’un mode de vie minimaliste.

Après avoir travaillé avec des enfants en école primaire et en crèche, elle a décidé de se lancer et de suivre son cœur : lancer une boutique itinérante de couture Zéro Déchet en caravane ! Elle utilise sa petite maison sur roue comme un atelier et un espace créatif.

4— Stéphanie construit un salon de coiffure itinérant

Bus aménagé

Après 7 ans en tant que salariée d’un salon de coiffure, Stéphanie a eu envie de sauter le pas pour se lancer en indépendante. Elle voulait combiner son mode de vie alternatif tout en continuant d’exercer un métier qui la passionne.

Alors, elle a créé un salon de coiffure ambulant, en camion, puis en bus aménagé !

Ce projet a vu le jour grâce à l’échange avec la communauté, au troc, au partage d’expériences, aux échanges de services, à la récup’, à l’apprentissage en groupe et à sa bonne humeur.

D’ailleurs, elle offre des services qui vont au-delà de la coiffure, puisqu’elle propose à sa clientèle sa méthode  » thérapilaire « .

Elle se base sur des produits naturels, bios, locaux et éthiques, mélangés à des techniques manuelles et orales offrant à ses clients un moment d’introspection et de travail sur soi.

Dans cette dynamique, elle propose également un accompagnement capillaire dans la maladie.

5 — Marguerite et son salon de tatouage nomade.

Marguerite a commencé par construire une cabane à partie de matériaux recyclés, récupérés à droite à gauche. Autodidacte, elle a appris toute seule l’art du tatouage, mais aussi la linogravure et la photographie.

Son projet personnel a évolué : maintenant, elle s’apprête à suivre les routes de France et d’Europe à bord d’une roulotte tractée par un cheval et transformé en salon de tatouage ambulant !

Comment vous lancer dans un projet créatif et nomade pour devenir indépendant?

Si vous souhaitez vous aussi vous lancer dans une activité qui vous ressemble, qui vous passionne, c’est possible.

On vient de le voir.

Mais chacun de ces projets a été réfléchi et est l’aboutissement d’un processus.

Vous avez peut-être eu envie d’être photographe, illustrateur, vidéaste, mais on vous a toujours dit que ce n’était pas possible d’être un artiste.

Vous en avez peut-être assez d’être salarié et vous souhaitez plus de liberté.

Le meilleur moyen de réussir votre projet est de le construire étape par étape.

D’ailleurs, pour vous accompagner dans ce processus, Clem et Mumu ont créé un guide pour vous aider à vous lancer en freelance dans une activité créative en prenant en compte votre personnalité sans prendre de risques.

Cliquez ici pour télécharger gratuitement votre guide.

Lire le guide