Paulo Saloni, originaire du Brésil, est avant tout un artiste. Cet ancien professeur a commencé à s’intéresser aux constructions écologiques il y a plus de 20 ans. En faisant quelques recherches, il s’est rapidement rendu compte de l’intérêt du bambou comme matériau de construction. En effet, c’est l’une des plantes à croissance la plus rapide au monde. Particulièrement résistant, le bambou arrive à maturation au bout de 3 ans seulement. Paulo a alors décidé de prendre des cours en technique de construction et s’est lancé dans l’auto-construction alternative. En allant ainsi à l’opposé des constructions conventionnelles souvent énergivores et chères, Paulo a fait le choix de se tourner vers la récupération et l’utilisation de matériaux naturels à faible impact écologique.

maison bambou

Une maison faite avec des matériaux de récupération et des matériaux naturels

Après voir perfectionné ses connaissances sur le bambou, Paulo s’est mis à associer différentes techniques de constructions écologiques et a trouvé une multitude de possibilités. Il a commencé à récupérer des matériaux jetés dans la nature comme des bouteilles en verre, du métal…

C’est comme ça qu’il en est arrivé à construire sa maison avec des matériaux de récupération et des matériaux naturels comme le bois ou l’argile.

Paulo a utilisé principalement de l’eucalyptus pour la structure de la maison. Pour les murs, il a utilisé des tiges d’acier et du vieux grillage. Il a ajouté des bouteilles en verre dans les murs pour la décoration et la luminosité. Et la plupart des portes et fenêtres ont été trouvées abandonnées dans des poubelles.

Les différentes étapes de la construction

Une fois la structure de la maison faite avec l’eucalyptus et le grillage, Paulo a façonné les murs avec un mélange d’argile, de sable, de ciment et de fibres. Il a ainsi ajouté 3 parties de terre, 2 parties de sable, 1 partie de ciment et la moitié de fibres.

La baignoire en argile a été plus difficile à faire. Une fois l’argile sèche, Paulo a poncé pour éliminer les imperfections et il a ajouté un imperméabilisant avant de faire une couche de résine époxy d’origine naturelle biosourcée. Quand la résine commençait à durcir, il a pulvérisé une fine poudre de marbre. Après séchage, il a enlevé l’excédent et a appliqué une nouvelle couche de résine époxy pour obtenir cet effet nacré.

auto-construction maison argile
@Paulo Saloni de Bambusall

Aidé d’une autre personne, Paulo a mis une année à auto-construire sa maison et le résultat est magnifique !

Même si les normes ne sont pas les mêmes en France, notamment pour l’isolation, ce type de construction alternative intéresse de plus en plus de personnes. Philippe Delage est par exemple en train de fabriquer une maison bulle bioclimatique avec des grillages à Montgivray.

En savoir plus