Et si vivre simplement était le seul moyen d’être véritablement heureux ? Il y a deux ans, Tom et Sarah ont tout plaqué pour un mode de vie minimaliste. Ils ont quitté leur grande maison et leur travail pour vivre en autonomie dans une cabane de 20m² avec leur fille Neesa.

 

(Vidéo en anglais, partagée avec l’autorisation de Happen Films)

Vivre en autonomie dans une cabane loin de la société de consommation

On nous explique que pour être heureux, il faut posséder un maximum de choses : une grande maison, le téléphone dernier cri, des vêtements jetables à chaque nouvelle collection… Pour acheter toutes ces choses matérielles, il faut être riche. Et pour être riche, il faut travailler. En gros, pour être heureux, il sacrifier 5 jours sur 7 de sa vie sans jamais se soucier des conséquences écologiques désastreuses de la surconsommation.

vivre en autonomie dans une cabane

Tom et Sarah sont originaires de Nouvelle-Zélande. Tom était médecin généraliste et Sarah était graphiste. Ils gagnaient parfaitement leur vie et habitaient une belle maison confortable avec 3 chambres. Alors que leur fille Neesa s’apprêtait à naître, le couple a eu une subite prise de conscience. Ils travaillaient à longueur de journée, rentraient tard, souvent fatigués, stressés. Une fois leur fille venue au monde, ils n’allaient pas la voir grandir car ils passeraient leur temps à travailleur pour payer les factures et leur train de vie. Cette prise de conscience changea totalement leur manière de vivre. Ils laissèrent derrière eux la surconsommation pour vivre en autonomie dans une cabane de 20m² et adopter ainsi un nouveau mode de vie minimaliste.

vivre en autonomie dans une cabane

Un changement de vie radical

Le couple et leur fille vivent depuis 2016 dans leur petite cabane. La maison est équipée de panneaux solaires de 300W et d’un poêle à bois. Leur eau chaude provient d’une bonbonne de gaz. Ils ont également installé un amplificateur GSM pour avoir le téléphone.

 

vivre en autonomie dans une cabane

Ils ne possèdent pas le terrain qu’ils occupent. Alors que beaucoup verraient dans la non-propriété un risque, eux trouvent que c’est justement ça la liberté.

Tom et Sarah passent leurs journées dehors avec leur fille, à renouer avec la terre et la nature. Ils s’occupent du potager, du verger, vont traire les vaches… Ils ne payent pas de loyer pour le terrain mais en échange, ils donnent une partie de leurs récoltes et aident les fermiers dans des petits travaux.

Tom continue de faire quelques consultations mais, en une année, il n’a travaillé que 4 semaines. Le couple vit ainsi avec très peu d’argent.

 

Comme eux, de nombreuses personnes à travers le monde prennent conscience que la société actuelle ne tourne pas rond. Et vous, seriez-vous prêts à tout quitter pour vivre en autonomie dans une cabane et adopter ainsi un mode de vie minimaliste ?

En savoir plus