Alors que le tourisme de masse est un véritable désastre écologique, est-ce que voyager est forcément synonyme de pollution ? Naveen Rabelli est un ingénieur originaire de Bangalore. Il a converti un tuk-tuk pour rouler à l’énergie solaire et a ainsi parcouru 14 000 km d’Inde à l’Angleterre sans émettre de CO2. À travers son voyage alternatif en tuk-tuk solaire il a souhaité encourager l’utilisation des énergies durables.

 

tuk-tuk solaire voyage alternatif

@Naveen Rabelli

tuk-tuk solaire

@Naveen Rabelli

De la prise de conscience au tuk-tuk solaire

Naveen Rabelli a toujours eu envie faire le tour du monde. Un jour, alors qu’il était coincé dans les bouchons habituels de sa grande ville indienne, il s’est rendu compte du bruit étourdissant et de la quantité effrayante de pollution émise par ces milliers de tuk-tuks autour de lui. Le tuk-tuk, également appelé « rickshaw » ou « auto rickshaw » en Inde, est un véhicule à trois roues qui fonctionne habituellement à l’essence. C’est un moyen de transport largement répandu. Naveen Rabelli décide alors de mêler son désir de voyage et son envie d’œuvrer en faveur de la transition énergétique en construisant un tuk-tuk solaire pour aller jusqu’en Angleterre.

Un tuk-tuk solaire aménagé

La conversion du tuk-tuk lui a pris plus de 2 ans et il lui aura fallu 2 prototypes pour mettre au point celui qu’il a utilisé pour voyager. Le jeune homme a d’abord retiré le moteur diesel de son tuk-tuk avant de le remplacer par un moteur électrique. Il a ensuite installé des batteries et des panneaux solaires sur le toit. Grâce à son équipement, le véhicule peut rouler jusqu’à 60km/h et possède une autonomie de 80km d’autonomie après chaque recharge.

tuk-tuk solaire

@Naveen Rabelli

 

tuk-tuk aménagé

@Philip Toscano/PA

En plus des panneaux solaires, il a aménagé l’intérieur de son tuk-tuk de manière à pouvoir y vivre. Il a ainsi ajouté un lit ainsi qu’une cuisine fonctionnant à l’énergie solaire. Cela lui permettait ainsi de voyager avec un petit budget de 5 euros par jour en dormant dans le tuk-tuk et en cuisinant ses propres repas.

Pour la douche il s’est débrouillé en se lavant dans les rivières, dans les lacs, chez les gens qui lui ouvraient la porte de chez eux ou encore dans des commissariats de police.

Un voyage de 14 000 km grâce à l’énergie 100% renouvelable et durable

voyager en tuk-tuk solaire

@Naveen Rabelli

voyager en tuk-tuk solaire

@Naveen Rabelli

Son voyage à bord de son tuk-tuk solaire aura duré 7 mois en parcourant une moyenne de 60km par jour. Naveen Rabelli a ainsi pu visiter une partie de l’Inde, l’Iran, la Turquie, la Grèce, la Bulgarie, la Serbie, la Hongrie, l’Autriche, l’Allemagne, la Suisse, la France et l’Angleterre. Il a pu rencontrer des milliers de personnes curieuses d’en connaître plus sur son aventure en tuk-tuk solaire. Dans nos sociétés actuelles où les véhicules fonctionnent encore essentiellement à l’énergie fossile, il est difficile d’imaginer un véhicule qui fonctionne à 100% à l’énergie solaire.

 

Le seul problème auquel Naveen Rabelli a dû faire face durant son voyage a été le vol de son passeport et de son argent en France. Mais en faisant le bilan des mois qu’il a passés sur les route il ne retient que du positif.

Par son aventure, le jeune homme espère inspirer d’autres et les pousser à utiliser l’énergie solaire à leur tour. C’est d’ailleurs dans cette idée qu’il a surnommé son tuk-tuk solaire « Tejas », ce qui signifie « brillance » ou « rayonnement ».

voyager en tuk-tuk solaire

@Naveen Rabelli

En savoir plus