Clément et Alexandra vivent en yourte avec leurs enfants depuis 3 ans. Ils ont ainsi choisi un mode de vie alternatif peu répandu. Et pour cause, vivre en yourte en France n’est pas toujours simple.

vivre en yourte en France

@Clément Boutterin

Vivre en yourte en France : naissance du projet et réalisation concrète

Clément est un ancien professeur d’Histoire-géo au lycée. Alors qu’il dormait en mobile home chez des amis, il s’est réveillé un matin et est tombé nez à nez avec une biche. Cette rencontre imprévue lui fit un electro-choc : pour la première fois, là au milieu de la nature, il se sentait bien, il se sentait chez lui.

En cherchant des idées d’habitations pour vivre en harmonie avec l’environnement, il tombe par hasard sur la yourte, une maison démontable et remontable traditionnelles des peuples nomades de Mongolie, constituée d’une ossature en bois, et de murs en feutre. Quand il fit la rencontre d’Alexandra, le couple décida de faire de la yourte un projet de vie commun.

Ils ne connaissaient rien aux yourtes, mais ont décidé de sauter le pas en 2013 en allant à la rencontre d’une famille qui avait également choisi ce même mode de vie. Cette rencontre leur a prouvé que vivre en yourte en France était tout à fait possible.

Décision prise, le couple achète donc deux yourtes traditionnelles mongoles d’occasion sur Internet. Clément et Alexandra construisent les planchers et montent les yourtes eux-mêmes.

vivre en yourte alpes

@Clément Boutterin

Ils s’installent dans les Alpes où ils louent des terrains privés dans les communes qui acceptent de les accueillir. Mais la législation est compliquée pour les habitations alternatives.

Ils ont déjà été contrôlés par la DDT (directions départementales des territoires) et ont été forcés de démonter les yourtes. Depuis, ils sont beaucoup plus vigilants et doivent changer régulièrement de terrain.

Ils demandent aux élus le droit de se poser pour un temps donné, et ils s’efforcent de partir quand le délai est écoulé.

Les deux yourtes se montent et démontent facilement. Il faut 4/5 heures pour la petite à 3, et une petite journée pour la grande à 5. Les planchers sont montés et calés en une journée chacun. À deux il leur faut entre 3 et 4 jours pour monter le campement complet. 

 

Un mode de vie plus proche de la nature : vivre en autonomie en yourte

Les yourtes de Clément et Alexandra ne sont pas raccordées au village.

Elles sont entièrement autonomes. Elles sont équipées d’un panneau solaire pour l’électricité. Pour l’eau, c’est un peu plus compliqué. Ils doivent se rendre à la fontaine du village pour remplir leurs bidons. Ils consomment 200 litres d’eau par semaine. Lors du dégel ou de longue pluie, porter les bidons dans la boue peut facilement devenir un petit calvaire ! Clément pense installer un système pour récupérer l’eau de pluie.
En ce moment ils sont sur un terrain isolé, à 5 km du village le plus proche.
vivre en yourte en France intérieur

@Clément Boutterin

vivre en yourte en famille bébé

@Clément Boutterin

Et l’hiver ?

L’hiver, il fait particulièrement froid, surtout le matin au réveil. Ils ont installé un poêle à bois de type turbo dans chaque yourte, dimensionné en fonction du volume. L’idée est de chercher le rayonnement plutôt que l’inertie : dans une maison en feutre, si le poêle à trop d’inertie, il va mettre trop de temps à chauffer, et il va être beaucoup trop lourd et fragile pour être déplacé. Ainsi, le matin, il suffit de cinq minutes pour chauffer les deux yourtes. Ils disposent également de très grosses couettes !
vivre en yourte en hiver

@Clément Boutterin

 

Vivre en yourte en France : le bilan positif de la famille

Après avoir travaillé la pierre, le ciment et la chaux dans une rénovation de maison de village, Clément voulait une maison qui lui permettait d’être en contact direct avec la nature. Les matériaux utilisés comme le bois, le feutre, le tissu … sont des matériaux plus doux.

Avec cette nouvelle vie, la famille vit connectée à la nature. Elle vit dans la pluie et le vent, dans l’orage et la neige, dans le froid et le chaud. Cela peut être très rude en montagne, mais les biches avec leurs petits viennent leur rendre visite, le renard glapit au crépuscule. Clément explique qu’à la naissance de leur bébé au printemps dernier, un cerf est venu bramer juste à côté d’eux, comme pour saluer l’arrivée de leur enfant… c’est tout ça qui leur a donné l’envie : la douceur, le voyage, la connexion, une Aventure !

@Clément Boutterin

En savoir plus